Benvenuti | Contatti | Mappa del Sito    Versione italiana English Version Deutsch Version Version francais Arabian Version Arabian Version
"Il Filo d'Erba" Altaura e Monte Ceva - Padova - Veneto - Italia
Home | Chambres | Ferme didactique | Restaurant | Produits | Groupes | Evenements | Jardin sensoriel éducatif |Journal de la ferme | Contact

Jardin sensoriel éducatif

Titre du projet: Création d'un Jardin sensoriel
Localisation: kfarnabrakh
Organisme responsable: L’Association Annas Linnas (Décret-loi N°1001), Chtoura, Liban.Tél: 00961.3.665012, 00961.4.404456
E-mail: abdoraad@yahoo.com, annaslinnas@yahoo.com
Responsable du projet: P. Abdo RAAD.

1- Introduction
L’association Annas Linnas désire réaliser un projet socio-environnemental au service de l’éducation des enfants et de la formation à tout le monde. Apres plusieurs études elle a décidé de créer un jardin éducatif sensoriel dans le village de Kfarnabrakh. De tous temps, dans toutes les cultures, le jardin a été au cœur de la vie de l’humanité et du lien social.
C’est un parc qui favorise le renforcement des liens entre la personne et le milieu naturel dans lequel elle vit, et le développement d’un nouveau comportement à son égard, plus respectueux. Il s’agit  de faire découvrir dès le plus jeune âge le lien inséparable entre la vie sur terre et la nécessité d’un comportement respectueux des milieux naturels.
C’est un parc qui aidera les gens à s’attacher de plus en plus à leur terre.

2. Présentation du lieu d’implantation du projet
Le site ou le projet se réalisera est une belle colline dans le village du Kfarnabrakh dans la région du Chouf au Mont Liban. (Des photos: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151512148450323.830177.776445322&type=1)
Kfarnabrakh se trouve à presque 1100m de hauteur, et à 20 Km de la méditerranée, entre les montagnes des cèdres du Barouk et la ville de Damour sur mer. À presque 45 Km de la capitale Beyrouth, 45 km de la ville de Zahlé dans la Bekaa, 45 km de la ville de Saida dans le Sud… Remplie d'arbres sauvages et fruitiers (chênes, olives, pommes, figues, vignes…). Elle est aussi une terre fertile pour les légumes. Sa nature est belle avec un climat bon et sanitaire. Entourée par des villages historiques et touristiques: De l’ouest par Alfouwarah et Wadi elsit. De l’est par Ain Wazein et Mokhtara. Du nord par Batloun et Barouk. Du Sud par Maaser Beit Eddine, Beit eddine et Deir Al Qamar. (Pour voir des photos aller sur: http://kfarnabrakh.net/photo-gallery-1.htm).
Kfarnabrakh est un village mixte ou vivent des druses et des chrétiens ensemble. Chrétiens et druses vivaient ensemble en harmonie. Ils étaient tous victime de l’immigration vers les villes et l’étranger….
Mais la dernière guerre a déchiré les liens sociaux et a fait déplacer les chrétiens. Apres la guerre le retour et la vie ensemble ont besoin de remèdes.
Le projet vise à être un remède pour rectifier les liens sociaux et encourager la défense et le respect de la nature. De la nature on peut aller à la rencontre de l’autre, et avec lui on peut aller à la rencontre d’un seul créateur dont nous sommes tous les fils… nous sommes frères et sœurs.

3. Les objectifs du projet
Le premier objectif spécifique et dominant, qui peut servir comme titre sous le quel les autres objectifs peuvent être évoqués, et qui est en effet à long terme, c’est de créer un changement au niveau de la mentalité environnementale. Même si ce changement semble difficile à atteindre dans un pays comme le Liban, il ne faut jamais baisser les mains et se résigner à l’indifférence et la pollution.
Notre objectif est clair. Il est réaliste et atteignable. Il ne faut pas douter sur le changement qu’il peut engendrer, même si le changement comme on a dit au Liban semble difficile. C’est un objectif porteur de fruits à long terme, mais aussi probable des résultants à court et moyen terme.
Dans cette vision de l’objectif il y a plusieurs autres objectifs pour le jardin sensoriel qui sont à considérer:
a- Eduquer à l’environnement pour un développement durable: cette éducation met en relief les valeurs. On pense à la valeur de la terre comme un bien commun qui touche à tout le monde et qui influence tout le monde. Les êtres humains sont solidaires avec eux mêmes et avec la terre où ils vivent. Le respect de l’environnement est aussi un respect envers autrui. Chacun doit penser, décider et agir en responsabilité vers soi même et envers le monde. Éduquer au respect de l'environnement, c'est contribuer à bâtir un avenir meilleur sur une planète. C'est faire changer des attitudes, des habitudes et des comportements dans nos vies quotidiennes, dans celles des enfants des jeunes et des adultes.
b- favoriser la communication et la rencontre: entre les gens concernés par le projet, et retisser les liens sociaux brisés à cause des guerres politiques et religieuses qui ont envahit le pays et continuent à le menacer.
c- apprendre à agir positivement. Le projet concerne tous les humains. Il veut assurer à tous et toutes, et surtout aux enfants que chacun peut agir et peut faire quelque chose pour honorer la nature et pour s’impliquer positivement dans la vie sociale, politique et même spirituelle pour sauver la planète.
d- créer un espace d’expérimentation des saveurs de la terre, et de l’importance des cultures biologiques et du caractère vital du lien entre la terre et la nourriture, donc avec la survie. (Pour les enfants c’est la découverte avec leurs 5 sens des formes, matières, couleurs, saveurs du jardin. Tout être vivant est fait pour tout percevoir de son environnement et pour s’y adapter de la façon la plus harmonieuse).
e- Créer un espace de sensibilisation à l’importance du respect du milieu naturel pour l’avenir de la planète et de l’humanité.
f- Créer un espace d’apprentissage du travail de la terre et du jardinage pour les enfants. Voir croître, fructifier et mourir une plante… Un musée extérieur sur les savoirs traditionnels  de l’agriculture pourrait être créé, pour montrer le respect et le savoir des anciens dans leur manière d’exploiter la terre.
g- Créer un espace de rencontre et de partage entre les différentes cultures: quelle que soit la religion, la culture ou le sexe…, la relation à l’environnement qui se veut respectueuse est universellement la même.
h- Ce jardin sera d’une manière indiscutable d’une grande utilité pour stimuler les enfants et les personnes à besoins spéciaux, ceux qui étaient victime de la violence ou de la drogue… qui forment une catégorie sociale pour laquelle il faut faire encore beaucoup au Liban.
Bref ce jardin vise être une école, une force sociale de respect aux autres et à la nature. Une école de participation et de solidarité. Ce jardin rêve de créer une philosophie socio-environnementale qui pose le regard sur le lien fondamentale de l’homme ave son milieu et avec toute la terre, avec ses voisins et avec ses co-humains qui verront dans le futur sur la terre, et même avec le créateur.

4. Public bénéficiaire du projet
En premier lieu, le jardin sensoriel est conçu pour les enfants qui ne viennent plus dans leur village à cause du déplacement forcé pendant la guerre. C’est pour les encourager ainsi que leurs parents à y retourner en leur offrant un lieu intéressant, attractif et éducatif. Il est conçu aussi pour les enfants du village et ceux scolarisés sur place. La sensibilisation concerne également toute l’équipe pédagogique des écoles. Sensibiliser, mobiliser et informer en s'interrogeant sur un problème lié à l’environnement, recherchant des éléments de réponse aux questions soulevées, et en proposant des actions pour faire évoluer la situation.
Ensuite l’objectif est d’étendre l’impact de cette future réalisation sur les autres écoles de la région, de susciter des initiatives identiques, pour généraliser dans le milieu scolaire de la région et des autres contrées du Liban, l’apprentissage d’une approche respectueuse de l’environnement.
Les familles des enfants pourront venir se rendre compte de l’intérêt de ce jardin.
Un accueil plus général du public des visiteurs du site est également envisagé.
Enfin nous attendons de cette réalisation qu’elle puisse avoir plus de retentissement encore par des relais de communication et d’information (médias, et mécènes).
Pendant les vacances, surtout en été, les bénéficiaires seront les mouvements des enfants et des jeunes (scouts, jeunesse, mouvements spirituels ou sociaux…) qui peuvent utiliser ce jardin pour des camps d'éducation, de formation, d'apprentissage…
Le bénéficiaires sont aussi Les handicapes, ceux qui ont des besoins particuliers, ceux qui étaient victimes de la violence ou de la drogue… qui peuvent profiter du jardin, aussi pour un traitement possible.

5- Analyse et stratégie
a- Définition de la situation problème:
Beaucoup de problèmes se présentent dans notre cher pays le Liban. Des problèmes qui sont notés partout sur tous les niveaux: éducatif, social, politique, économique, d’environnement, de sécurité….
En plus, chaque région a ses propres problèmes qui dépendent de sa situation spécifique que ce soit religieuse, démographique et autre.
Parmi ces problèmes, le problème de la négligence de l’environnement se révèle imposant. Un problème omniprésent au Liban, qui nécessite un travail au niveau des structures et du gouvernement, un travail avec la population, et un travail d’éducation parmi les enfants et les jeunes.
Les problèmes de l’environnement sont plusieurs. On parle de la pollution de l’air qui le rend impur et dangereux. On parle de la pollution de l’eau et de la nature avec les déchets… On parle du péril des pesticides, des produits chimiques, des gaz dégagés par les industries et les moyens de transport. Ça suffit de jeter un coup d’œil sur nos routes et notre environnement pour constater la saleté et l’infamie: des déchets partout, des incendies, des dégâts…
A ce problème d’environnement s’ajoute le problème de la terre. Les libanais n’ont plus confiance en leur nature et la richesse de leurs terrains. On plante peu et on achète beaucoup de l’extérieur.
Une partie de la population, les chrétiens, vendent leur terre, ce qui entraine un changement démographique et fait perdre au Liban une composante nationale très importante et très spécifique celle de la vie ensemble entre toutes les communautés et les confessions.
Les enfants sont aussi victimes de cette négligence de l’environnement. D’une part ils sont les premiers à payer la facture de la pollution en leur santé et leur psyché. D’une autre part, Ils sont eux-mêmes acteurs des dommages, leur comportement, en général, n’est pas respectable de la nature d’une part, et d’une autre ils perdent leur attachement à leur villes et villages d’origines et le sens de la vie en commun avec les différents.
Kfarnabrakh, le village du Chouf au Mont Liban, où on prévoit la réalisation du projet, est un village qui était victime des guerres effrayantes à plusieurs reprises, qui ont causé, surtout pendant l’année 1983, le déplacement de la population chrétienne et le rompt des liens sociales entre la gens. La reprise des liens sociaux entre chrétiens et druzes nécessite un travail de citoyenneté. Le retour des chrétiens après une vingtaine d’années a besoin de beaucoup de travail et d’engagement.
Peut notre projet, le jardin sensoriel, répondre un petit peu à ces besoins de la nature et de la société ?

b- Causes de cette situation
A la base des causes de ces problèmes il y a des causes visibles et des causes invisibles.
Les engrais, les insecticides, les pesticides, les rejetsurbains, les gaz d’échappements, les usines, les moyens de transport, les ordures ménagères, les eaux usées… sont une cause directe du problème.
On peut citer aussi la guerre qui a envahit le pays pour plus de 20 ans, le manque du travail sérieux de la part de l’état, l’indifférence des gouvernants envers l’environnement ainsi leur insensibilité envers le peuple. Ça suffit peut être de jeter un coup d’œil sur la situation sociale qui souffre d’une manque d’assurances sociales, d’un haut pourcentage de pauvreté, d’un haut pourcentage du chômage, d’une insuffisance d’électricité, d’eau potable…. les routes sont pleins des fossés et des dangers.
Une des cause c’est aussi le manque d’éducation à la vie ensemble, au respect de l’autre, de l’environnement et de soi même.

c- Effets et conséquences
Cette pollution affecte la santé des êtres vivants, les êtres humains, ainsi que les animaux et les végétaux. Elle cause des maladies et des complications. Elle rend notre environnement plein de saleté ce qui n’encourage plus le tourisme.
La situation économique devient de plus en plus critique
Nos enfants et les générations futures perdront l’attachement à la terre et à la nature
d- Acteurs concernés
Dans un tel projet tout le monde est concerné. Plus particulièrement sont concernés:
- Le village ou se situe le jardin (la municipalité, les instituts, les villageois…)
- Les enfants de la région et leurs parents
- Les écoles (direction. Enseignants, élèves de tout âges)
- universités (direction, professeurs, étudiants…)
- Les familles

e- Les forces internes
Notre association «Annas Linnas» qui mène le projet est sérieuse dans son travail. Son directeur a plusieurs expériences dans le domaine de l’implantation des projets et de leur direction. Les membres sont motivés et convaincus de l’importance du projet et sont engagés dans sa réalisation.
Le projet en soi répond à sa mission et ses buts. E fait l’association veut encourager les gens à aimer et à s’aider pour le bien commun, sans aucune discrimination. Elle lance un appel à se rencontrer, à s’ouvrir, et à une acceptation mutuelle, indépendamment du sexe, de religion ou de race. Elle appelle au respect des valeurs humaines, des droits humains, des femmes, enfants, personnes âgées, et de promouvoir les valeurs de la société civile différente et le développement du pays.
Elle veut promouvoir les valeurs morales telles que la responsabilité envers autrui, l'honnêteté, le civisme, la protection de l'environnement, la conformité aux lois et à la ponctualité. Elle veut  Promouvoir l'esprit de fraternité et de solidarité entre les hommes pour construire une culture d'amour, de paix et de justice et pour rendre la communication solide entre les différentes composantes de la société
elle s’intéresse à ceux qui souffrent de l'abandon de famille ou sociale, en particulier les personnes âgées, les malades, les handicapés, les enfants abandonnés, les handicapés mentaux, les personnes à risque de la criminalité et les pauvres.
Les acteurs concernés par le projet, le village, les écoles (direction, enseignants, élèves de tout âge), les universités (direction, professeurs, étudiants…) sont tous d’accord et reconnaissent son utilité pour la région et pour l’éducation. L’intérêt au projet part de tout le monde et touche tout le monde.
Les ressources financières et physiques existent: Un premier budget pour initier le travail est réservé. Un terrain de presque de 8000mm est mis à la disposition du projet gratuitement. Le projet peut à long termes dans quelques années financier soit même. Cet autofinancement peut être le revenu d’entrée sur chaque personne ou élève. La vente de quelques produits végétaux préparé dans le jardin même (des tisanes, des fleurs aromatiques, des plantes…) peuvent devenir aussi un autofinancement.
Les ressources humaines sont prêtes. En effet, ce sont elles qui accompagnent et conditionnent parfois la bonne réalisation des actions à entreprendre et notamment en matière d’études, de recherche et d’encadrement. Des architectes, des ingénieures, des éducateurs et des spécialistes dans le domaine sont prêts à collaborer. Il y a même des amis de l’association libanais et étrangers qui peuvent mettre leur expérience au profit du projet.

f- Faiblesses internes
Apres avoir vu les forces internes, l’intérêt de tous les acteurs, les cohérences avec la mission de l’association… il devient clair que les faiblesses internes ne sont que des impuissances limitées. En fait on ne peut pas nier la difficulté de trouver un employé qui accepte de travailler à plein temps pour tenir le jardin en été et en hiver. La difficulté aussi de trouver un directeur à temps plein convaincu et ambitieux pour le projet.

g- Opportunités externes
Les opportunités du projet sont évidentes :
Il n’y a pas une concurrence dans le sens qu’il n’y a pas un projet semblable dans la région, d’une part, et d’une autre que les associations qui s’occupent de l’environnement dans la région à Arz el Chouf par exemple ont encouragé la création de ce jardin en tant que intéressant et complémentaire. Les possibilités d’entraide avec la société locale, les écoles et les autres associations… sont élevées. La collaboration et le travail en partenariat avec de nouveaux entrants éventuels est un potentiel complémentaire et édifiant.
La présence des amis et des associations locales et étrangères qui peuvent collaborer à la réussite du projet est aussi une opportunité valable.
La situation politique ne semble pas être contraire à un tel projet. La situation économique, comme il était déjà dit et le financement du projet soit pas les moyens de l’association soit par des ressources étrangères sont garantis.
La situation sociale et celle culturelle sont un milieu adéquat. Il n’y a pas de croyances ou des traditions qui sont contraires au projet et à ses idées. Il y a un grand besoin des projets d’éducation au respect de la nature au Liban et de formation sur l’importance de la propreté de l’environnement. Le projet est accepté surtout qu’il touche à l’environnement et ne crée pas de divisions religieuses ou politiques. Au contraire il convient avec toutes les valeurs religieuses.
Situation légale encourage la réalisation du projet en émanant des lois en faveur au respect de la nature et de l’éducation.  

h- Menaces externes
Le projet n’a aucun aspect négatif. Les menaces sont plutôt liées à la situation politique et confessionnelle dans la quelle se plonge le Liban. On a peur toujours que la guerre revient un jour. On a peur de ne pas pouvoir rassembler les enfants de toutes les confessions à cause de l’extrémisme religieux qui menace parfois la vie sociale.

i- Solutions possibles:
Les opportunités sont grandes. On va les utiliser pour transformer les faiblesses en forces. On va parler avec les responsables politiques et religieuses pour qu’ils encouragent le projet. Il y a donc des actions à mener et des solutions possibles. Les solutions fondamentales sont la tâche du gouvernement. Les organisations non gouvernementales ne peuvent pas prendre le rôle de l’état, mais elles ne doivent pas rester les mains liées. En paroles et actes elles doivent lutter pour améliorer la situation, surtout dans un pays ou les régimes depuis des années et des années deviennent de plus en plus pire.
Le projet s’ajoute à plusieurs projets environnementaux et éducatifs pour combler le grand manque existant.

6- Activités, moyens et résultats
Le parc peut être un endroit approprié pour organiser des séances de travail qui permettent à l’individu, indépendamment de son âge et de ses capacités d’évoluer en son rapport avec la nature et les autres.
Il peut être utilisé comme un champ pour le traitement et l'accompagnement psychologique, cognitif, affectif et social. Les enfants qui vivent dans les villes ne peuvent pas se permettre de prendre de l'expérience de l'environnement en raison de la nature de leur région, alors que ce parc leur offre la chance de gagner en expériences, besoins et capacités.
Ouvrir l’occasion surtout aux enfants d’agir avec la nature, comme l'eau, le sable, le bois, les plantes, les fleurs et les jeux aromatiques naturels. L'interaction avec la nature fournit aux personnes  exposées à la violence une opportunité pour décharger leurs sentiments pénibles et leurs expériences difficiles.
Les activités favoriseront une place pour la communication sociale et un lieu ouvert à toutes les cultures, les religions et les caractères… tout en créant une relation saine avec la nature.
Les exercices et les activités dans le parc éducatif sensoriel sont une contribution efficace au renforcement des capacités personnelles et aident à intensifier les contacts avec la nature. Le parc renforcera le concept de "divertissement expérimental" en raison de la multiplicité des expériences acquises  par les cinq sens.
On verra le résulta sur le comportement qui va au vert (un comportement positif) vu que les organes sensoriels (voir, entendre, sentir, goûter, toucher) sont un langage et un interprète entre les humains et l'environnement naturel.
Les activités vont développer les muscles et promouvoir l'esprit humain.
De nombreuses possibilités et une variété de traitements médicaux et psychologiques à travers les plantes médicinales, avec du sable…

7- L’implantation prévue pour le projet de jardin sensoriel
Concrètement, le jardin va s’étendre sur plusieurs espaces contigus:
- une terrasse principale qui sera terrassée et jardinée, avec présence  d’un espace jeu.
- zones plantées de différentes variétés d’aromates (marjolaine, basilic, thym, persil, fenouil, aneth…) par thèmes d’éveil (saveurs, couleurs, parfums).
- zone aménagé d’arbres et arbustes de culture locale.
- zone de découverte pour les enfants: découverte des matériaux (sable, terre, roche, végétaux), des couleurs et des parfums…
- plusieurs massifs avec différentes variétés de fleurs annuelles et vivaces (par couleurs, par saisons).
- Il comportera des endroits réservés pour l’apprentissage du jardinage lui-même
- Un abri en bois ou en pierre pour ranger les outils des enfants peut être prévu.
- un lieu où il sera possible de s’installer pour recevoir un enseignement (par exemple espace avec sièges et table en bois ou pierre, avec une protection contre le soleil)
- des panneaux directifs et explicatifs….
- les abeilles, le miel avec installation et présentation d’une ruche.
- Un livret - guide de présentation du jardin sensoriel sera composé et remis aux visiteurs le temps de la visite (ou vendu)
- des grandes salles pour réunions, dortoirs, cuisine, toilettes…
- il peut aussi être envisagé d’utiliser les terrasses comme gradins avec où des classes pourraient mettre en scènes des petits histoires de leur composition sur la protection de l’environnement, des intervenants extérieurs pourraient êtres accueillis.
- Il y aura des parcours pédagogiques: sur la vigne, sur les oliviers et les olives, autres fruits…
- De tous temps, dans toutes les cultures, le jardin a été au cœur de la vie de l’humanité et du lien social. Un parcours pourrait retracer cette universalité avec des panneaux – poèmes dans le cadre d’un travail pédagogique de l’école.

8- Nous partons des principes
- La Terre est le foyer de tous les êtres humains interdépendants qui ont droit à une vie belle en harmonie avec la nature.
- Les états et les individus ont le droit d'exploiter les ressources naturelles sans causer des dommages à l'environnement dans d'autres Etats ou dans des zones ne relevant d'aucune juridiction nationale.
- il faut satisfaire aux besoins de l'environnement pour garantir une vie meilleure pour aujourd’hui et pour les générations futures.
- la collaboration entre tout le monde dans un esprit de coopération en vue de conserver l'intégrité de l'écosystème terrestre.
- améliorer la compréhension des techniques et éduquer à la bonne manière de traiter les questions d'environnement de la part de tous les citoyens.
- informer et sensibiliser le public en matière des normes écologiques, et lutter contre la dégradation et la pollution de l'environnement.
- encourager les enfants et les jeunes générations au bon sens du développement durable à travers la protection de la nature pour un avenir meilleur.

E- l’estimation des besoins et durée (voir plan de l’ingénieur)


SUBSCRIBE to our NEWSLETTER
Email: 
Name: 
  -  
to receive our proposal of activities!

Video Altaura

Video M.te Ceva


Websites
suggested:

Fattorie del Panda

Ville Venete Scuole

Progetto Euganeo

Complesso agrituristico Altaura e Monte Ceva | Filo d'Erba
Sedi : Via Correr, 1291 loc. Altaura - Casale di Scodosia (PD) | Via Cataio, 68 loc. Cà Vecchia - Battaglia Terme (PD)
P. IVA 03463430284 - Cell. +39 347 2500714 - Fax +39 0429 879063 | Powered by Luca Turrin